Pouvoir se perdre pour mieux se retrouver
propos sur l'improvisation

A la une

  • Didier Lockwood, compositeur

    Premier prix Sacem de composition de musique contemporaine à seize ans, Didier Lockwood s’écarte assez rapidement de ce milieu, qu’il considère comme trop clos, pour entreprendre la carrière de violoniste de jazz qu’on lui connaît. C’est à trente-cinq ans qu’il décide, à la faveur d’une commande, de revenir... Suite>>

Jubilé des 40 ans au Châtelet (extraits)

This page is having a slideshow that uses Javascript. Your browser either doesn't support Javascript or you have it turned off. To see this page as it is meant to appear please use a Javascript enabled browser.

Actu
Table Ronde: Le Cerveau et la Main

Table Ronde: Le Cerveau et la Main

Le 20 janvier dernier, Didier Lockwood a participé à une table ronde organisée par l'ENSTA ParisTech (École Nationale Supérieure de Techniques Avancées), en compagnie de  Laurent Cohen, neurologue et chercheur en neurosciences cognitives, Jean-Louis Etienne, médecin et explorateur, et Vincent Judit, Artisan serrurier-métallier.   « La main est la fenêtre ouverte sur l’esprit », écrivait Kant. La neurobiologie semble confirmer l’intuition du philosophe – témoin la place démesurée qu’occupe l’aire de la main à la surface du cortex humain. On oppose pourtant couramment le travail dit « manuel » au travail dit « intellectuel », sous-entendant qu’au premier serait réservé l’usage des mains et au second, celui de la pensée, les deux s’excluant mutuellement. Avec l’irruption récente de la mécanisation et de l’informatisation, qui réduisent à l’obsolescence les métiers manuels, il devient urgent de s’interroger sur cette dichotomie. S’il est vrai qu’un intellectuel « pense », peut-on travailler de ses mains sans penser ? Que vaut, à l’inverse, une pensée coupée de la main, outil privilégié du contact avec le réel ?  En mettant sa main au chômage, quel ...

Lire la suite...

Jubilé au Châtelet pour les 40 ans de carrière de Didier Lockwood

Jubilé au Châtelet pour les 40 ans de carrière de Didier Lockwood

Didier Lockwood occupe aujourd'hui une place centrale dans le jazz contemporain - il a joué avec les plus grands noms, produit de nombreux artistes, enseigné la musique. Le 14 novembre dernier, il s'est entouré de quelques amis musiciens de grand talent sur la scène du Châtelet pour fêter le quarantième anniversaire d’une carrière bien remplie qui, depuis les années 1970 et les premiers disques avec Magma, embrasse les plus importants courants musicaux de la seconde moitié du XXe siècle. Selon Arte, qui a filmé l'évènement en direct: "Maître averti et violoniste vertueux, Didier Lockwood a marqué la scène du jazz contemporain. Agé de 17 ans, l’illustre violoniste rejoint le cultissime groupe Magma, et apprend de Stéphane Grappelli. Son parcours, riche et exemplaire, est chargé d’un florilège d’albums et de récompenses. (..) Un rendez-vous que Didier Lockwood a souhaité partager avec de nombreux musiciens, invités à le rejoindre sur scène : Patricia Petibon, Suzanne Manoff, Fiona Monbet, Vadim Repin, Biréli Lagrène, Thomas Dutronc, Francis Lockwood, ...

Lire la suite...

Didier Lockwood compose la musique du film « Young Perez »

Didier Lockwood compose la musique du film Young Perez

Didier Lockwood a composé la musique du dernier film de Jacques Ouaniche, Victor "Young" Perez, sorti en salles le 20 novembre.   "Victor Young Perez, 136 combats, 91 victoires dont 27 par KO, Champion du monde des poids mouches, est sur le ring. En face de lui Kurtz, le soldat allemand ; 20 centimètres et 20 kilos de plus que lui. Autour de lui les cheminées des fours crématoires recrachent les cendres de ses camarades d’infortune. Et pourtant, encouragé par son frère Benjamin déporté lui aussi et par des milliers de regards muets, Victor, ce petit juif arabe, tiendra tête à ces monstres durant quinze rounds. Pendant l’enfer de ce combat, Victor verra défiler sa vie : Sa Jeunesse insouciante à Tunis avec Rachid, Maxo et Benjamin. Il y retrouvera l’amour avec la bellissime Mireille. Il revivra sa gloire et sa descente aux enfers, enfer bien agréable à côté de l’Indicible dans lequel les coups de Kurtz le ramèneront." (Allocine.fr)   "La composition de la B.O. de ...

Lire la suite...

Nouvel Album «Live at Montmartre»

Nouvel Album «Live at Montmartre»

Sortie d'un nouvel album, enregistré en Live en octobre 2010 au "Jazzhus Montmartre" de Copenhague avec le pianiste Danois virtuose Nils Lan Doky et sa formation, qui nous dit: "Last May, shortly after Jazzhus Montmartre's reopening, Didier Lockwood flew in from Paris and mesmerized us with four intense nights of extreme virtuosity and exaltation, performing with his longtime associate and former Parisian Niels Lan Doky. The success of these performances immediately called for a return engagement, and finally we succeeded to find an open time gap in Didier’s ultra-­busy schedule which is documented on this recording. He is one of France’s most celebrated and prolific cultural icons where his reputation transcended all layers of society, he is considered by many to be the greatest violinist in jazz today. Joining Didier and Niels on stage this time are two of the most exciting musicians in Denmark today, the incredible bassist Morten Ramsbøl and Montmartre’s much raved about house drummer and young prodigy, Niclas Bardeleben." Découvrez des extraits ...

Lire la suite...

Album « Brothers » – Didier & Francis Lockwood

Album « Brothers » - Didier & Francis Lockwood

"En écoutant le dialogue musical qui s’établit entre Didier et Francis Lockwood, on quitte sur un petit nuage le domaine de l’analyse, de la comparaison, de la critique : quelque chose de sereinement complice s’installe entre celui qui fut le premier mentor du violoniste et son frère de sang, devenu frère de son. Thème et variations, digressions, contrepoint et courses-poursuites : quel mystère pourrait expliquer cette subtile alchimie du risque maîtrisé, si ce n’est une communauté de goûts et d’esprit scellée il y a plus d’un demi-siècle par le lien fraternel ? Quelle autre recette introuvable pourrait rendre aussi riche en concert une formule aussi frugale sur le papier ? Le jazz a souvent produit de grandes paires rythmiques, plus rarement des "couples" gémellaires. Mais a-t-il engendré de vraies fratries de solistes ? Ce n’est pas sûr. Les questions de notoriété ne changent rien à l’affaire : avec Francis et Didier Lockwood, s’ébruite à nouveau un secret bien gardé. Leur duo est ...

Lire la suite...

“INTERNET, C’EST UNE VRAIE BOUÉE DE SAUVETAGE”

“INTERNET, C’EST UNE VRAIE BOUÉE DE SAUVETAGE”

LE 24 NOVEMBRE 2010 LARA BESWICK Entretien avec le jazzman français Didier Lockwood, au cours duquel sont abordés les thèmes de la création artistique, de l'éducation musicale, de la valeur de l'art, mais aussi sa mission auprès du ministre de la Culture. Didier Lockwood est l’un des jazzmen français ayant contribué à faire reconnaître l’école de violon jazz française dans le monde. Issu de la génération de Stéphane Grappelli et Jean-Luc Ponty, il est actuellement vice-président du Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle. Nous l’avons rencontré pour évoquer son expérience avec le CMDL, l’école de violon et de musiques actuelles qu’il a créée il y a maintenant onze ans en parallèle de sa carrière très dynamique. Avant l’interview, Didier Lockwood confie qu’il travaille actuellement sur un projet intéressant. La surprise est de taille, puisqu’on apprend qu’il a été mandaté par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, pour travailler sur la démocratisation de l’enseignement musical en France, notamment sur les conservatoires.  “Le ministre m’a mandaté pour cette mission qui ...

Lire la suite...

Discographie